CASTILLO, Daniel (Santiago de Cuba 1907-2001)

C'est dans le célèbre quartier Los Hoyos que voit le jour Daniel CASTILLO. Il est attiré très tôt par l'ambiance musicale des années vingt à Santiago de Cuba. La canción traditionnelle est sa raison de vivre et, terminée sa semaine de charpentier, il fréquente les plus vieux cantantes comme Sindo GARAY, qui le surnomme muchachón, se réunit avec les plus jeunes, joue d'abord de la clarinette puis de la guitare et se met à chanter. Dès la fin de la décennie il commence à composer.

C'est l'époque au cours de laquelle on va les uns chez les autres faire connaître sa dernière composition et la maison de Daniel est un des lieux où les cantantes viennent se réunir. Daniel CASTILLO n'envisage d'ailleurs nullement une autre fonction à la canción que celle des sérénades, des fêtes ou des réunions familiales, entre amis ou entre cantantes.

 

Maison du cantante Daniel Castillo. Photographie Patrick Dalmace.

Il s'affirme alors comme une excellente deuxième voix, fidèle à la tradition qui veut que celle-ci se dissocie nettement de la première voix y compris pouvant chanter un texte différent de la première voix.
Contrairement à d'autres collègues Daniel s'en tient à la chanson romantique et évite les thèmes patriotiques. Il compose ainsi plus d'une centaine de boleros et de canciones. Le musicologue Odilio URFÉ parvient à lui en faire écrire quelques dizaines, sauvegardés ainsi de l'oubli. Parmi ces compositions figurent : « Mensaje a mi amor », « Conservo tu recuerdo », « No siendo una flor », « Pobre mi ser »


Cette vie typique des cantantes, Daniel la poursuit jusqu'à la Révolution. En 1960 poussé par URFÉ il fonde le « CUARTETO ORIENTE  », cuarteto traditionnel avec deux guitares et deux voix et un répertoire de canciones et boleros santiagueros. La Révolution professionnalisant la carrière des musiciens, Daniel CASTILLO se laisse séduire par l'opportunité et le cuarteto devient en 1962 formation officielle. Miguel Ángel JÚSTIZ première voix; Isidro CORREA, deuxième voix; Francisco JIMÉNEZ, première guitare et Daniel seconde guitare en sont les membres fondateurs. CASTILLO va le maintenir de nombreuses années et le faire connaître à travers des tournées dans toute l'île. Les plus grands noms de la trova santiaguera s'y incorporeront, ALMENARES, HECHEVERRIA, MÁRQUEZ, Manolo CASTILLO

Le «CUARTETO ORIENTE » est un des principaux animateurs de la Casa de la Trova qui voit le jour au même moment.


Cuarteto Oriente. R. Márquez, M. Castillo, M.A. Justíz, D. Castillo
à la Casa de la Trova
.

En 1964 à La Havane Daniel CASTILLO participe au Festival de la Trova au sein d'un quinteto de trovadores cubanos comprenant également les figures historiques de Dominica VERGES, Guarionex GARAY et Adriano RODRÍGUEZ .
Lorsqu'il se trouve dans la capitale il fréquente régulièrement la peña de Sirique où il rencontre les trovadores habaneros et partage des moments avec Issac OVIEDO, Luis PEÑA, Nené ENRIZO
Depuis la création du Festival Pepe Sánchez, en 1968, Daniel CASTILLO est systématiquement invité jusqu'à ce qu'il décide de se retirer. A deux reprises le Festival lui est dédié.
Déconcerté et en désaccord avec l'évolution de la canción, de l'utilisation fréquente d'une troisième voix, du filín Daniel CASTILLO décide de prendre sa retraite à la fin des années soixante-dix.




Toutefois en 1998 son petit-fils, le flûtiste Gustavo REVÉ le convainc de reprendre une activité et ils fondent le quinteto « MONEDA NACIONAL ». De sérieux efforts sont faits pour que Daniel s'adapte à une certaine modernité : le format du groupe, l'utilisation d'une flûte, l'utilisation du bongó Le répertoire comprend des compositions historiques de Daniel CASTILLO et des thèmes des grands trovadores santiagueros . Pour la première fois à quatre-vingt onze ans le vieux cantante enregistre. Le quinteto est régulièrement programmé à la Casa de la Trova ainsi qu'à l'Hôtel Casa Granda.

L'année suivante le quinteto avec Daniel est invité à Cancún au Festival del Caribe où il chante « Mensaje de amor ».

Cuarteto Moneda Nacional. Composition et seconde voix Daniel Castillo.

"Pobre mi ser". >>>>

Daniel CASTILLO s'éteint dans sa ville natale après avoir participé au documentaire El Último Trovador, projeté au cours du Festival MatamoroSon de 2002.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* "Daniel Castillo y su Quinteto. La Trova", Santiago de Cuba, 1998, Caribe Productions 9666.

 
Santiago de Cuba: La Trova.
>>>>
 
Musique et Révolution.
>>>>

 
Hermanas Ferrín.
>>>>

....Biographies....

<<<<
Castillo, Augusto.
 
 
Castillo, Guillermo.
>>>>