SANDOVAL, Arturo (Artemisa 1949)

Arturo est né dans une famille pauvre qui n'a jamais eu le moindre lien avec le monde de la musique. Attiré par une annonce il s'inscrit dans une école nationale où il obtient une bourse. Il étudie divers instruments, trombone, flûte, batterie… C'est à quatorze ans qu'il entend pour la première fois un disque de Parker et de Gillespie. C'est le moment de la révélation.
Arturo SANDOVAL va se dédier au Jazz. En attendant il continue ses études musicales, joue dans diverses formations dansantes.


Arturo en 1961 à Artemisa dans l'un de ses tous premiers goupes.
Photographie Collection Arturo Sandoval.

 


En 1967 Arturo est convié par Armando ROMEU à faire partie de la "ORQUESTA CUBANA de MÚSICA MODERNA". SANDOVAL au début des années soxante-dix fréquente avec ls musiciens de sa génération e Johnny's Dream où il se livre aussi à des joutes avec Bobby CARCASSÉS.

 

 

Arturo avec la Orquesta Cubana de Música Moderna.

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1971, il doit quitter la "OCMM" pour effectuer trois ans de Service Militaire dans la Banda el Estado Mayor del Ejercito . Il est libéré peu après la formation de "IRAKERE" qu'il rejoint aussitôt. Dans son nouveau groupe Arturo progresse et donne. Ses duos avec Jorge VARONA, ses solos, sont historiques. Le son de SANDOVAL est spécifique, avec des aigus exécutés avec une virtuosité que certains ont pu critiquer. Comme pour Paquito d'RIVERA la rencontre à La Havane avec "Dizzy" Gillespie en 1977 est primordiale. Arturo collabore avec Emiliano SALVADOR pour le célèbre thème "Nueva Visión". On l'entend aussi souvent avec Felipe DULZAIDES au Bar Elegante de l'Hôtel Riviera.

SANDOVAL quitte « IRAKERE » et dès février 1981 présente son propre groupe au Festival Jazz Plaza. Autour de lui figure le pianiste Hilario DURÁN, le contrebassiste Jorge REYES ; Reynaldo VALERA aux percussions. Bernardo GARCÍA tient la batterie et c’est Ahmed BARROSO qui est le premier guitariste de la formation. Tout au long de l’année Arturo et ses partenaires occupent les studios et de ces sessions  sortent  leurs  premiers  disques, « Turi » et « Arturo Sandoval y su Grupo ». Le premier rassemble des enregistrements pour lesquels SANDOVAL s’est entouré pour trois thèmes , « Turi » une composition personnelle, « Claudia » et « María » de l’Orchestre  Latin Jazz de la Egrem -comportant un nombre non négligeable de musiciens de « IRAKERE » y compris « Chucho » VALDÉS aux keyboards-.


Arturo Sandoval et son groupe.

L’orchestre à cordes de la Egrem est également présent. Les trois autres thèmes sont joués par le seul sextet et parmi eux deux autres compositions de Arturo, « Luna de miel en Guamá » et « Blues en dos partes ». Le second disque est fortement marqué par des sonorité  populaires, du rock et de la fusion. On relève toutefois « La Malagueña », œuvre de Ernesto LECUONA, interprétée ici  avec fantaisie tout comme « Summertime ». SANDOVAL offre une composition «  Sabado 14 ».
1982. Alors que SANDOVAL a de nouveau rencontré et joué avec Dizzy GILLESPIE, il retourne en studio en fin d’année. D’une part il enregistre avec son groupe, au sein duquel Jorge Luis "Chicoy" VALDÉSa pris la place de BARROSO, six thèmes, pour la plupart des canciones, de divers compositeurs, dont sa propre « Canción para una madre » ; une composition de DURÁN, « Cuatro gigantes » et un arrangement de ce dernier sur une mazurka de Chopin. De cette session sort un second « Arturo Sandoval y su Grupo ». Au même moment dans les studios Areito le sextet se fait accompagner par l’Orchestre Egrem au grand complet avec trois trompettes, huit trombones, quatre saxophones, des cors, tuba , flûte piccolo, hautbois,  percussions et une très importante section de cordes au sein de laquelle figure le violoniste et futur directeur de la « CHARANGA HABANERA »  David CALZADO. Parmi les titres «  Almendra », « Lamento Boricano », « Rabo de Nube »… Le disque paraît sous le nom « Arturo Sandoval ». Arturo continue de se distinguer, obtenant trois années de suite le titre de meilleur instrumentiste cubain. Il retrouve Gillespie en 1985 lorsque celui-ci revient à La Havane pour le V°Festival Jazz Plaza.

SANDOVAL et ses partenaires s'installent en 1986 au Salon Libertad de l'Hotel Nacional où le groupe se présente chaque fin de semaine. Arturo enregistre avec ce groupe "Tumbaito" la même année. A Londres ils jouent au Ronnie Scott's Club et un enregistrement live, "No Problem" sort de ces prestations.

Arturo Sandoval. En vivo à l'Hotel Nacional. Blues for Gillespie. >>>>


En 1988 à Londres Arturo retrouve "Chucho" VALDÉS pour un enregistrement live en quartet et un enregistrement avec sa propre formation: "Just Music". L'année suivant le groupe voyage en Californie pour une Convention de Trompettistes et en profite pour enregistrer à Los Angeles mais le disque ne verra le jour que dix ans plus tard sous le nom de "Arturo Sandoval. L.A Meetings".

Arturo réalise plusieurs tournées en Europe et décide en 1990, alors qu'il joue pour le "UNITED NATION ORCHESTRA" en Italie, de ne pas rejoindre Cuba et de s'installer à Miami.
Pour célébrer son nouveau départ SANDOVAL enregistre "Flight to Freedom" pour lequel il s'entoure de musiciens latinos vivants aux Etats Unis, dont le guitariste cubain René TOLEDO et invite Chick Corea et Danilo Pérez. Il retrouve également Paquito d'RIVERA pour un disque commun "Reunion". Les enregistrements se multiplient. Les tournées internationales se poursuivent, Arturo brille avec son "LATIN TRAIN GROUP" au XVIII° Festival Jazz Sundae en 1995.

Les sorties discographiques s'accélèrent : En 1992 Arturo SANDOVAL offre au public "I'Remember Clifford", en 1994, "Danzón", un disque dont la mission est de montrer au monde que la musique cubaine n'est pas réductrice à la Salsa. Le même but échoie à "El Tren Latino" enregistré au milieu de la décennie, pour lequel Celia CRUZ a collaboré et qui vaut à SANDOVAL un Grammy...


Arturo et Celia Cruz

Arturo devient professeur à l'Université de Floride. En 1996 sort "Swingin'" avec à ses côtés de purs jazzmen dont Clark Terry, en 1997 "Hot House" avec "Tito" Puente…. A côté de quelques incursions dans le domaine classique -"The Classical Album" 1993- et de belles prestations avec les orchestres symphoniques de Leningrad, Londres, Los Angeles, Detroit, Indianapolis… Arturo collabore au film Mambo Kings pour lequel il compose "Mambo Caliente" et participe également à des travaux avec d'autres musiciens parmi lesquels son ex-compagnon de la "OCMM", le tromboniste cubain Juan Pablo TORRES pour "Pepper trombone" ou encore Oscar d'León pour "Mujer de Arena"… Germán PIFFERRER arrange les thèmes de son album "Hot House".

...... ......

En 1998 le 20° Playboy Festival au Hollywood Bowl de Los Angeles offre une grande prestation de Arturo, tout comme le Festival de Jazz de Vitoria en Espagne. Il est l'invité de Maynard Fergusson pour le Heineken Jazz Fest de Puerto Rico.

Hollywood Bowl 1998.

Cette année-là SANDOVAL devient citoyen américain.
L'album "Americana" sort l'année suivante. Arturo est entouré d'une vingtaine de musiciens. A Londres le trompettiste enregistre également au célèbre club Ronnie's Scott.

Son aventure personnelle fait l'objet en 1999 d'un film intitulé For Love or Country. On l'écoute au Troy Music Hall en 2000.
En 2001 Arturo SANDOVAL se produit avec le "Florida Philharmonic". Entouré de l'orchestre il interprète, Bernstein, Rimsky-Korsakov… mais aussi des standards de jazz, "Summertime", "Groovin'High"… La même année il se lance dans des concerts et un enregistrement au piano "My passion for the Piano", accompagné d'un trio composé de Dennis Marks, basse ; Ernesto Simpson, batterie, et avec le percussionniste Samuel Torres et le saxophoniste Ed Calle.

Arturo Sandoval avec le Florida Philharmonic.


Cette même année 2001 il participe à l'enregistrement de "Faltaba yo" de Olga GUILLOT.

Il enregistre également "L.A. Meetings" entouré du bassiste Jorge REYES, du fidèle Hilario DURÁN au piano, de Jorge Luis "Chicoy" à la guitare, de Bernardo GARCÍA, batterie; Reinaldo "Pichi" VALERA, congas, tous des anciens de son groupe de La Havane ayant participé à "Tumbaito" et d'un second conguero Poncho Sánchez.
A New York on l'entend aussi avec "Cachao" LÓPEZ au Club Copacabana.


Arturo en 2001 au Club Copacabana.

En 2003 le trompettiste rend hommage à son instrument dans un disque, "Trumpet Evolution" dans lequel il passe en revue l'histoire de la trompette de jazz en commençant par "King" Oliver.


Le public de Puerto Rico le reçoit la même année puis Arturo se rend à Ottawa au Canada, joue à Washington au J. Kennedy Center où il interprète notamment "Tico-Tico", "La Malagueña", "La Cumparsita"… On l'entend au Peabody Auditorium...


Enregistrement de Dipper Mouth Blues
pour le disque Trumpet evolution. 2003.


Avec J. Timberland durant les grammies 2004.

Les activités de Arturo restent essentiellement centrées sur les Etats Unis et le Canada. Avec "Los Hombres Calientes" il se produit au II° Hip Jazz Concert Series de New York ; en duo avec la vedette du R&B Alicia Keys ; avec le "Honolulu Symphony Pops" à Hawaï ; à Denton pour le Arts & Jazz Festival. Pour cette année 2004 il joue aussi à la Florida Atlantic University et se montre un assidu du Bistro de Saint Louis où il s'entoure de jeunes musiciens, Tomas Cruz -percussions ; Phil Magallanes -piano- ; Dennis Marks -basse- ; Felipe Lamoglia -tenor-. Il enregistre en vivo au Blue Note.
Il s'arrête au bord des Grands Lacs pour le Birmingham's 12 Jazz Fest. de Detroit avant que le public canadien ne l'entende au Metropolis de Montréal.


Arturo SANDOVAL débute l'année 2005 une nouvelle fois à Saint Louis au Bistro. On l'écoute au Blue Note entouré de ses mêmes partenaires, au Cypress Creek Face, au José Marti Park de Miami, à Seattle au Jazz Alley ... A l'étranger le public canadien le reçoit pour le Festival de Jazz de Montreal et aussi à Montreux, aux Canaries.

En 2006, à Miami il ouvre son propre club le Arturo Sandoval Jazz Club au Deauville Beach Resort puis donne des concerts en France, joue en République Dominicaine accompagné par le Santo Domingo Big Band. Il joue des mambos et "Perdido" sur un rythme de merengue. Arturo se produit régulièrement en Floride mais aussi à New York, Seattle, Philadelphie...

Une tournée en Australie précède la célébration du 1° anniversaire du club. En préalable pour accueillir ses invités il s'installe au piano au milieu de l'exposition des photographies des musiciens qui ont joué au club durant l'année puis ne peux faire autrement que de monter sur scène avec sa trompette pour participer à la fête avec la chanteuse Nicole Henry. Arturo joue ensuite au Play Boy Jazz Festival de Los Ángeles, au Festival de Montreux...

 

Arturo et Nicole Henry pour le 1° anniversaire de son club.
Photographie Patrick Dalmace.

Il enregistre "Rumba Palace" avec plusieurs de ses fidèles : le saxophoniste Felipe Lamoglia et le pianiste Antonio PÉREZ. Le disque lui vaut un grammy. Il joue au Festival de Madrid avec le saxophoniste Kenny Anderson.

L'année 2008 reste une année de concerts ininterrompus aux Etats Unis, au Canada pour le Toronto Jazz Festival, à Santo Domingo où il offre un concert à l'Hôtel Jaragua pour ses trente cinq ans de carrière.
Une tournée en Espagne marque l'été européen de SANDOVAL. Pour tous ces concerts Arturo se présente avec un sexteto dont la composition peu varier mais dont l'ossature reste composée de Felpe LAMOGLIA au saxophone; Antonio PÉREZ, piano; Armando GOLA, basse, et les percussioniste et batteur Philbert ARMENTEROS et Alexis ARCE comme lors du Festival de San Javier. Au long de toutes ses prestations Arturo n'omet jamais de passer de sa trompette aux percussions mineures et surtout au piano devant lequel il interprète des airs cubains et espagnols lorsqu'il joue dans la péninsule.
SANDOVAL est invité au Barranquijazz 2008, invitant sur scène plusieurs jeunes jazzmen cubains participant au festival.

.........
Arturo Sandoval. Teatro Cervantes. Malaga 2008. Photographie: Pablo Asenjo...;;;;;;;;;;;;;;.. Festival de Jazz de San Javier 2008. Photographie: Andrés Garrido. ....


Arturo SANDOVAL débute l'année 2009 par plusieurs concerts en Floride et tout au long de l'année sa présence avec son groupe aux Etats Unis est importante -On retrouve fréquemment Manuel VALERA au piano-, mais on l'écoute aussi comme invité. Il effectue plusieurs tournées internationales puisque les mexicains peuvent l'écouter à Zacatecas où il fait danser le public sur “Eso es lo que hay” ... Il est aussi au Brésil; au Chili pour une grande et unique représentation au Teatro Nescafé de las Artes; au Teatro Gran Rex de Buenos Aires; en Espagne pour le II° Festival Músicas del Mundo à Alicante; en France avec un passage au célèbre Havana Café de Ramonville; au Luxembourg... L'année internationale de SANDOVAL se termine à Mexico au très chic Club de Jazz Voilà.

Plus rare à Miami depuis la fermeture de son club au cours de l’année précédente Arturo joue toutefois au Magic City Casino en début d’année mais se montre fréquemment à travers les Etats Unis en 2010 en quintet ou en sextet, au Blue Note de New York, Plaza Theater de Orlando, à l’Old Town of Folk Music de Chicago, au Scullers jazz Club de Boston, au Vibrato Grill Jazz de Key West, à Witworth avec l’ensemble de Jazz de l’Université, à Louisville au Kentuky Center.… et participe au Festival de Jazz de San Francisco.
Arturo fait également des incursions dans la musique classique, jouant à Miami au Knight Concert Hall pour l’ouverture de la saison symphonique. Il interprète avec l’orchestre, Beethoven, Rivera
Au début d’année il reçoit un grammy pour le disque « A Time for Love » pour lequel il a compté entre autres musiciens sur Kenny Barron.

 

Arturo Sandoval au Vibrato Grill Jazz.

A l’étranger SANDOVAL se déplace au Canada avec une rencontre imprévue à Toronto avec son ancien partenaire Hilario DURÁN, en Espagne pour le Jazzaldia, au Mexique à Campeche…
A Los Ángeles il dispense régulièrement des cours de trompette. Pour terminer l’année il joue pour la nuit de la Saint Sylvestre au Kravis Center de Palm Beach.

L’année 2012 est marquée pour Arturo par deux disques, « Tango, como yo te siento », enregistré en septembre 2011 et « Dear Dizz »,  ce dernier, hommage à Dizzy, lui vaut en fin d’année un grammy latino.
« Tango como yo te siento » comporte des  musiques de Carlos Gardel, Piazzola, Cobián… Arturo s’entoure des voix de María Graña, Patricia Sosa, Julia Zenko, Raúl Lavie, Valeria Lynch, Fernando Soler et Guillermo Fernández et d’un grand orchestre à cordes composés de musiciens argentins.
Pour « Dear Dizz » SANDOVAL a choisit parmi les thèmes historiques interprétés par  Gillespie ceux marqués par la latinité : « Tin Tin Deo », « Con Alma », « A Night in Tunisia »… Il invite pour ce disque ert selon les thèmes, Bob Mintzer, Joey Defrancesco, Dan Higgins, Ed Calle, Eddie Daniels… et chante lui-même sur « Every day I think of you ».

Dès le début de l’année Arturo est en tournée et se présente en mars au Canada avec une prestation à la Brock University de St Catherine.
Le rythme des concerts s’accélère dès le milieu de l’année. En juin à New York il est sur la scène du Highline Ballroom de New York pour le Blue Note Festival ; dans le Connecticut  au Ridgefield Playhouse, puis en juillet sur celle du Club Kuumbwa à Santa Cruz en Californie. Il se joint aussi à Chico O’Farrill Jr. et son « Afrolatin Jazz Orchestra » à Brooklyn. En août on note son passage à Puerto Rico  pour le Festival International de Jazz de Carolina où le trompettiste se fait accompagner par un Big Band. Le mois suivant SANDOVAL se rend à Toronto puis assure deux concerts à l’hôtel The Orleans de Las Vegas et vole au Liban pour le Beirut Jazz Festival.

Puerto Rico 2012.

Une grande tournée américaine débute en octobre, passant par Lincolnshire au Viper Alley où il s’est déjà présenté l’année précédente. SANDOVAL  propose un programme cubain entouré de Ed Calle, saxophone ; Alex Pututi, drum ; Sam Torres, percussion ; Dennis Marks, basse et Kemuel Roig, piano.
Parmi la quinzaine de villes visitées le trompettiste obtient du succès au Kessler Theater de Dallas;  au Plaza Theatre de Orlando ; au Capitol de Clearwater… La tournée, qui fait un détour au Québec pour le Laurent Premont Jazz et au Cabaret du Capitole,  se termine début décembre par une grande prestation à San Francisco au Herbst Theatre où il s’entoure de Zane Musa, saxophone ; Malesh Balasooriya, piano ; John Belzaguy, basse ; Johnny Friday, batterie et Sam Torres, percussions.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* " Arturo Sandoval & his Group ", L.H., 1981/82, Malanga Music 807.
* " Arturo Sandoval & The Latin Jazz Orchestra ", L.H., 1981/82, Malanga Music 806.
*
" Arturo Sandoval. Live at the Hotel Nacional ", L.H., 1986, Yemaya 9439.
* " Tumbaito", Madrid, 1986, Messidor15974-2.
* " L.A. Meetings ", Los Angeles 1989.
* " Flight to Freedom ", N.Y., 1991, GRP 96342.
* " I Remember Clifford", 1992, GRP
* " Danzón", 1994, GRP
* " Arturo Sandoval y El Tren Latino ", Miami 1995, GRP 98222.
* " Trumpet Evolution ", 2003, GRP.
* " Live at The Blue Note , N.Y. 2004, Half Note Records 6861350.
* " Rumba Palace ", Miami 2007, Telarc 83662.
* " A Time for Love ", USA, 2009, Concord Jazz 31792-2.

* " Tango. Como yo lo siento ", Buenos Aires 2011, Pataya.
* " Dear Dizz ", N.Y. 2012,

Cf. IRAKERE .

Cuba et le Jazz. Le Jazz dans l"île.
>>>>
Cuba et le Jazz. Aujourd'hui.
>>>>

El Greco.
>>>>

....Biographies....

<<<<
Sánchez, Orlando.
Santamaría, Mongo.
>>>>