Orquesta CUBANA de MÚSICA MODERNA

Fondée sur une initiative officielle en 1967, la "ORQUESTA CUBANA de MÚSICA MODERNA" est, dès ses débuts, confiée à Armando ROMEU et Rafael SOMAVILLA qui rassemblent les meilleurs musiciens cubains remarqués dans les groupes, informels ou constitués, de La Havane.
Le groupe se rôde discrètement à Guane dans la province de Pinar del Rio fin avril puis se présente pour la première fois les 12 et 13 mai 1967 au Teatro Amadeo Roldán dans une salle comble.
Les prestations sont filmées par la télévision cubaine.


Romeu dirigeant le premier concert de la Orquesta Cubana de Música Moderna .

Il comprend outre les directeurs , "Chucho" VALDÉS, piano et synthétiseur, Orlando "Cachaito" LÓPEZ, contrebasse; Guillermo BARRETO , Emilio del MONTE à la batterie; Carlos Emilio MORALES à la guitare. Les pupitres des trompettes sont occupés par Luis ESCALANTE, Leonardo TIMOR, Andrés CASTRO, Jorge VARONA, Manuel MIRABAL et Adalberto LARA. "Pucho" ESCALANTE, Modesto ECHARTE, Antonio LINARES, Lázaro GONZÁLEZ, Luis OUTOMURO sont les cinq trombonistes et les saxophonistes sont Paquito d'RIVERA, Julián FELLOVÉ, Jesús LAM, "Babín" HERNÁNDEZ, Rolando SÁNCHEZ. Luis ARAGU joue des timpaní.


Les percussions sont le domaine de Oscar VALDÉS I, Oscar VALDÉS II et Roberto GARCÍA VALDÉS.

Le répertoire ddes concerts comprend "El Manisero", "Room 43", "Que traigo aqui" et "Mercurio" de "Chico" O'FARRILL, "The Man I Love", "In a Persian market", "Voy abajo", "Tri Fi drum", "Dixit Souvenir", "Take Five", "Requiem", "Pastilla de menta", "Ven ya paca", " Pepe Cabeza", "Guantanamera".

 

Oscar Valdés I, Robertico García et Oscar Valdés I.

Les trompettes sont: Andrés Castro, Leonardo Timor, Luis Escalante, Adalberto Lara "Trompetica" et Manuel "El Guajiro" Mirabal.

Quelques mois plus tard, le contrebassiste Carlos del PUERTO , le batteur Enrique PLÁ, entrent dans la "OCMM". Del PUERTO débute à la basse électrique au Festival de la Chanson Populaire de Varadero. Sans "Cachaito", d'RIVERA, ni "Chucho", VARONA, Carlos EMILIO, LARA, la "OCMM" joue pour l'Exposition Internationale de Montréal.
A son tour entre le jeune trompettiste Arturo SANDOVAL. Arturo et Carlos del PUERTO devront laisser leur place durant leurs obligatons militaires. C'est Fabián GARCÍA CATURLA qui remplace Carlos.
Le répertoire du big band n'est pas à proprement parlé un répertoire de Jazz , "Rico pilón", "El Manisero", "Requiem en jazz"… mais l'interprétation qu'il donne des pièces traditionnelles cubaines est une interprétation de jazzmen.
Le groupe donne de fréquents concerts y compris en province, Santa Clara, Holguín, Santiago de Cuba … Le répertoire devient plus varié et comprend du Jazz, du rock -les Beatles-, de la musique cubaine traditionnelle. Dans une version plus réduite -un noneto- la "OCMM" effectue une tournée en URSS et dans les pays de l'Est en 1968.


Rosita Fornés et la OCMM. 1968.

En 1967, 1968 et 1969 la "OCMM" enregistre trois L.P. A de nombreuses reprises au sein de l"OCMM" se forment pour diverses occasions ou tournées à l'étranger des formations plus réduites, noneto, cuarteto ou comme en 1970 un quinteto qui représente la formation au Jamboree de Varsovie.

Paquito d'RIVERA prend la direction de la "ORQUESTA CUBANA de MÚSICA MODERNA". Il en est rapidement écarté au profit de Germán PIFFERRER.

 


Pifferrer et la O.C.M.M.


L'enthousiasme des musiciens décline peu à peu, l'orchestre ne prenant pas, pour des raisons dictées par le Ministère de la Culture, cette allure aussi moderne que son nom l'indique. Trop souvent aussi elle est appelée simplement pour accompagner des vocalistes. Bobby CARCASSÉS est de ceux-là. En 1967 la formation accompagne Omara PORTUONDO, en 1968 Rosita FORNÉS, en 1971 Ela CALVO et en 1972 c'est au tour de Moraima SECADA et Elena BURKE. Enfin la "OCMM", dirigée depuis 1970 par PIFFERRER évolue dans un moment dramatique pour le monde du spectacle, la bureaucratie ayant décrété la fermeture de la plupart des lieux où exercent les musiciens.

En 1973 plusieurs membres de l'orchestre le quittent, sonnant le glas d'un ensemble au rôle incontournable dans l'histoire de la musique et du Jazz cubains. "Chucho" VALDÉS et ses camarades fondent alors un groupe qui s'oriente vers plus de modernisme et des sonorités africaines plus marquées, "IRAKERE".

L'orchestre poursuit son chemin jusqu'en 1993. Il voyage aussi, notamment en Union Soviétique en 1978 où le chanteur Miguelito CUNÍ prend des parties vocales. Dans l'île il est systématiuement utilisé pour accompagner les artistes des pays de l'Est en tournée à Cuba, y compris avec les grands cirques russes.
Au delà de ses apports musicaux à l'histoire du Jazz à Cuba, la "OCMM" a rempli un rôle pédagogique exceptionnel, formant plusieurs dizaines de musiciens de talent. La pianiste Bellita y est entrée en 1980; le trompettiste "El Greco"...

......
Cette tâche a été rendue possible également par la démultiplication de la formation. Divers "ORQUESTAS de MÚSICA MODERNA" se sont ainsi formés en province à Matanzas, à Santa Clara sous la direction de Armando ROMEU.
Pinar del Río possède aussi sa formation qui enregistre un disque tout comme celui d'Oriente.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* " Orquesta Cubana de Música Moderna " L.H. 1967, 1969 & 1970, Malanga Music 810.
* " Orquesta Cubana de Música Moderna " L.H. 1967 & 1970, Rhino 959325.

 
Cuba et le Jazz. Le Jazz dans l'île.
>>>>

.... Tous les groupes ....

<<<<
Muñequitos de Matanzas.
 
 
>>>>
N