TORRES, Barbarito (Matanzas 1956)

La famille de Barbarito est d'origine paysanne, son père est aussi poète, improvisateur, décimiste et amoureux de la música campesina . Sa mère chante aussi. La famille se réunit fréquemment avec les amis pour des canturrias. Lors de ces fêtes un joueur de laud, Luciano MONET, vient souvent se joindre à la famille. Barbarito est en admiration devant Luciano son parrain, et, sur un vieux laud de dix huit cordes qui se trouve à la maison il commence vers l'âge de sept ans à vouloir l'imiter.

Parallèlement sa soeur Conchita, dès ses sept ans également débute sur une station de radio locale et lui imite avec la bouche le son du laud pour l'accompagner. Ils ont du succès et chantent dans les familles du village.

Vers dix ans il apprend à jouer de manière autodidacte aidé par Luciano MONET. Son apprentissage se fait sur sorte de mandoline qu'on lui a offert et qui possède moins de cordes que son laud . Barbarito est ce qu'on appelle un practicante portador , celui qui a appris de tradition familiale. Il a aussi assimilé par la même voie tout un répertoire vocal traditionnel.

Son père lui fait fabriquer un véritable laud adapté à sa taille. A quatorze ans il débute comme professionnel dans le conjunto campesino “SERENATA YUMURINA ”. Il joue sur Radio 26 à Matanzas des thèmes campesinos , “ Flor de amor ”, “ El amor de mi bohío”... Le conjunto accompagne aussi des poètes, interprétant le punto cubano.

A dix sept ans il fait son service militaire à Matanzas comme musicien. Il y fréquente d'autres musiciens importants: José Luis CORTÉS , Pucho LÓPEZ , avec lesquels il forme un groupe; “ QS5 ” inspiré de la Nueva Trova et un groupe moderne du type des “VAN VAN ” au sein duquel sa guitare, accordée comme un laud , remplace les violons.

Barbarito saisit l'occasion pour découvrir, expérimenter et apprendre véritablement la musique.

Dès cet instant il est en quête d'un son personnel, spécifique et ses recherches font évoluer la conception du laud . Cantonné jusqu'ici à la música campesina , le laud , avec Barbarito va prendre une plus grande place dans l'ensemble de la musique traditionnelle. Barbarito TORRES développe aussi le travail d'improvisation qui bientôt fera de lui un soliste recherché et invité pour participer à divers disques et projets.

Ces recherches engloberont bientôt le champ du jazz et en 1997 il enregistrera un thème pour “Sonando”, le disque de “MARACA Y OTRA VISIÓN ” et participe à la tournée de promotion en France.

Barbarito durant le service militaire avec
Pucho López (p) et José Luis Cortés (fl).

Photographie Archives Sonia Pérez.

En 1976, à l'issue de cette période militaire il entre dans un cuarteto de Varadero le “ CUARTETO TRADICIONAL MATANCERO ” dont le répertoire est inspiré du “TRIO MATAMOROS ”. Son laud se fait entendre à côté de deux guitares et des maracas .

L'année suivante au lendemain du décès de son père, il est appelé par "Compay Segundo" pour entrer dans un groupe que celui-ci forme pour une tournée dans l'île. Poussé par sa mère il accepte et part pour l' Oriente avec le septeto de Compay, “ SIEMBRA CULTURAL ”.

Poussé cette fois par les musiciens de Compay il s'installe à La Havane à l'issue de la tournée et intègre en 1980 le conjunto campesino “CAMPO ALEGRE” avec lequel il accompagne à travers le monde Celina GONZÁLEZ . La Colombie, l'Angleterre, l'Afrique sont les destinations les plus fréquentes.


Barbarito con Celina González y Campo Alegre. 1987.
Photographie Archives Sonia Pérez.

En 1986 le tresero Pancho AMAT quitte le groupe “ MANGUARÉ ” et Barbarito TORRES le remplace. C'et un travail qui plait à Barbarito , une forme contemporaine de la Nueva Trova qu'il avait déjà abordé lorsqu'il effectuait ses obligations militaires. Il commence par mener de front le travail avec les deux groupes mais opte finalment pour “ MANGUARÉ ” avec qui Barbarito reste jusqu'en 1992. De nouveau il voyage dans le monde entier.



Barbarito Torres y su Piquete Cubano avec Celina González et Reutillo.
Colombie 1992. Photographie Archives Sonia Pérez.

Mais il a aussi le désir de faire sa propre musique, ce qui le conduit à organiser sa propre formation qu'il fonde en 1992 avec sa femme, la musicologue, Sonia PÉREZ : “Barbarito TORRES y su PIQUETE CUBANO ”. Le premier travail qui vient leur est proposé une nouvelle fois par Celina qui demande à Barbarito et son groupe de l'accompagner pour ses tournées en Espagne, en Colombie, aux Canaries... Le travail avec Celina a été profitable, le groupe se présente sur scène pour ses propres spectacles.

 


Les difficultés dues au “ Periodo especial ” freinent cette élan et Barbarito est conduit à travailler comme soliste de l'orchestre de l'I.C.R.T. pour un show aux Iles Canaries.

Au retour il fait évoluer son goupe, travaille dans la vieille Havane puis devient directeur d'un groupe de jeunes musiciens “BARNAHABANA ” qui part en Europe jouer de la musique médiévale et étudier les instruments anciens. Sa soeur Conchita fait partie du groupe.

Il est en 1998 l'invité spécial de Orlando VALLE lors de la tournée d'été française de celui-ci et il joue ainsi à la Fiesta Latina de Sète, à la Feria de Beziers, aux Escales de Saint Nazaire et à Paris.

Il reforme son “PIQUETE CUBANO ”et obtient suffisamment de succès pour pouvoir enregistrer un disque “Havana Café ” en 1999. Ses partenaires du moment sont Victor VILLA, contrebasse et voix; Conchita TORRES, voix; Nilso et Onelio ARIAS, respectivement guitare et tres; Pedro VARGAS, percussions et Sonia PÉREZ, choeurs.



Barranquilla 1998. Photographie Archives Sonia Pérez.

Entre temps, un concours de circonstances -une cassette écoutée par un américain- l'entraîne à participer d'une part à l'enregistrement du premier disque de “AFROCUBAN ALL STARS ” en 1996 pour le thème “Amor verdadero” puis à intégrer le projet “BUENA VISTA SOCIAL CLUB ” avec une participation au film, aux disques et à différentes tournées. Il devient une des Estrellas del Buena Vista Social Club et participe à ses concerts et joue fréquemment avec les formations personnelles de ses membres comme Ibrahim FERRER, Omara PORTUONDO, “El Guajiro” MIRABAL... ou pour leurs enregistrements.


Barbarito avec le Buena Vista Social Club.


Les qualités du disque “ Havana Café ” produisent leurs effets et “Barbarito TORRES y su PIQUETE CUBANO ” partent pour des tournées internationales aux Etats Unis -Chicago, Boston, Miami, New York...-, à Puerto Rico, en Amérique du Sud.

En 2003 il participe aussi comme invité aux disques de Ibrahim FERRER , Omara PORTUONDO , Franck EMILIO, Amadito VALDÉS, “BUENA VISTA SOCIAL CLUB”... et enregistre un autre disque, “Barbarito Torres ”.Il entraîne son groupe en Martinique, et aux Etats Unis.

.

Seattle 2003. Sonia Pérez et Barbarito. Photographie Archives Sonia Pérez.


La même année le public français l'apprécie notamment au New Morning , aux Nuits du Sud, à Fiesta Sète... Barbarito rejoint le "BUENA VISTA SOCIAL CLUB " à México pour célébrer le 10° anniversaire du label Corazón.

 


Paris, New Morning 2003. Photographie A
rchives Sonia Pérez.


Hotel Nacional. La Havane 2006. Conchita, Alberto, Barbarito, Victor, Sonia.
Photographie P. Dalmace.

"Barbarito TORRES y su PIQUETE CUBANO" en 2004 anime la soirée de clôture du colloque de Musicologie organisé par la Casa de la Ámericas à La Havane. Son album "Barbarito Torres" est nominé pour un grammy. Cette année Barbarito joue à Medellín.
Il participe en 2005 au grand concert du "BUENA VISTA SOCIAL CLUB " à México.

Pour les fêtes de début d'année 2006 Barbarito TORRES rejoint une nouvelle fois les "ESTRELLAS del BUENA VISTA SOCIAL CLUB " pour une série de concerts sur la Riviera Maya.

Au long des années 2005 et 2006 Barbarito joue régulièrement à l'Hôtel Nacional de La Havane où il accueille systématiquement des invités prestigieux tels que Amadito VALDÉS, Teresita GARCÍA, Pio LEYVA...

Son "PIQUETE" est alors composé de Concepción, Sonia et Victor.
Ont rejoint le groupe Francisco RODRÍGUEZ, tres; Jorge Félix BRAVO, bongó; Zahily GARCÍA, voix et percussions, Carlos FRANCK, trompette; Jorge LAVOY, percussions et Alberto Alejandro TORRES, guitarre.

Barbarito et ses musiciens présentent également leur show chaque semaine au Cafe Taberna Amigos de Benny Moré dans la vieille Havane. Barbarito est invité au concert donné par "MANGUARÉ" pour le trente cinquième anniversaire du groupe et il accompagne pour un récital au Teatro Roldán le chanteur coréen Cho Yeong Nam.
Barbarito fait partie des nombreux musiciens -Sting, "U2", Omara, Ibrahim, Amadito, "Cachaito","El Guajiro", Idania...- qui participent au projet de disque "Rhytms del Mundo" dont l'objectif est de rassembler des fonds pour lutter contre les changements climatiques.
La fin de l'année est l'occasion pour Barbarito TORRES de monter sur la scène du Festival Jazz Plaza avec Pancho AMAT, comme invités de Chucho VALDÉS lors de la session inaugurale.

Dès les premières semaines de 2007, Barbarito part en Europe avec le projet Los Cuatros Fabulosos puis rassemble autour de lui et Sonia PÉREZ les meilleurs spécialistes de la música campesina pour un enregistrement "Soy la decima guajira". Il continue de présenter son "PIQUETE" notamment à l'Hôtel Nacional, participe aux rencontres Cuba-Trinidad; participe à divers galas dans l'île. Il rejoint le "BUENA VISTA SOCIAL CLUB" pour deux tournées à travers l'Europe. Les téléspectateurs retrouvent par deux fois Barbarito TORRES sur leur écran à travers les programmes Para no salir de casa et Entre puentes.

Durant l''année 2008 Barbarito délaisse sa formation personnelle et se consacre aux tournées avec le "BVSC".

En 2009, tout en continuant ses collaborations avec le « BUENA VISTA SOCIAL CLUB » auquel il a consacré l’année 2008 , Barbarito dirige toujours son « PIQUETE CUBANO » qui comprend désormais Victor VILLA, contrebasse ; Paco RODRÍGUEZ, tres et chœurs ; Carlos IRAOLA, trompette ; Aniel TAMAYO, percussions . Barbarito et Sonia sont également accompagnés par les membres de la famille : Conchita TORRES, voix et leurs enfants Albertico, guitare et Zahily, voix. Mais le plus souvent il transforme celui-ci en un grande banda incluant le pianiste Rodolfo « Peruchín » ARGUDÍN ; Heikel FABÍAN, trombone ; Rolando SALGADO, bongó ; René SUÁREZ, timbales ;le vétéran sonero Ignacio « Mazacote » CARRILLO et la jeune Laritza BACALLAO voix. Avec cette banda Barbarito donne plusieurs concerts à Olinda au Brésil. Il répète cette tournée brésilienne en 2010 incluant les villes de Sao Paulo, Recife, Salvador de Bahia, Joao Pessoa où il donne le concert de fin d’année avec pour invités la chanteuse « Tete » GARCÍA et le contrebassiste Fabian GARCÍA. L’année suivante la tournée inclue Rio de Janeiro. A Cuba le « PIQUETE CUBANO » joue au Club Habana.


Alors qu’il reçoit une récompense pour son travail de sauvegarde du patrimoine musical campesino Barbarito intègre un projet dirigée par Sonia et la sociologue Patricia Tápanes, divers photographes, cinéastes et preneurs de son dont le but est de préserver ce patrimoine. Ce projet intitulé   Parrandeando entre las lomas  débouche sur une production audiovisuelle consacrée à deux parrandas guajiras : « La PARRANDA de ARROLLO BLANCO » et « La PARRANDA de FLORENCIA ». De ce travail sort également  un disque, « Concierto de las Multitudes », hommage à la controverse qu’avaient soutenus en 1955 les poètes improvisateurs Jesús « El Indio Naborí » ORTA RUIZ et Angelito VALIENTE.

En 2012 les tournées internationales continuent avec le "BUENA VISTA SOCIAL CLUB" mais Barbarito mène parallèlement plusieurs projets personnels. Il enregistre à La Havane un nouvel album " Vamos pal' monte " avec son "PIQUETE". Sa collaboration avec Miriam RAMOS pour le disque "La Canción Cubana" débouche sur plusieurs récompenses ou nominations notamment pour Cubadisco de l'année suivante. Il est récompensé également pour le "Concierto de las Multitudes". Il collabore égalemment avec le guitariste Eduardo SARDIÑAS.
L'année suivante, entre les concerts internationnaux du "BVSC", Barbarito TORRES et le "PIQUETE" se lancent dans un nouveau projet, Ortodecimante. Il s'agit d'accompagner des enfants chantant quarante règles orthogaphiques mises sous forme de tonadas campesinas par le poète Guillermo CASTILLO.
Avec son laud Barbarito a aussi durant cette année 2013 travaillé avec le pianiste "Peruchin" et sa fille, la chanteuse Zahily TORRES à plusieurs reprises notamment à la Sala Adagio du Teatro Lorca ainsi qu'au Jazz Café Miramar.
Barbarito reste très mobilisé par le " BVSC" et participe à toutes les tournées. Il fait partie des membres de la formation invités à jouer à la Maison Blanche. Durant ses périodes de présence à Cuba il enregistre avec son "PIQUETE CUBANO" un disque qui sort sous le titre "Vamos pal' Monte", comportant un répertoire de musique guajira. I lsort également avec Sonia un cd-dvd "Ortodecimante". Barbarito et Sonia s'intègrent également au cours de l'année à une formation dont le but est de sauvegarder les traditions, "GUIJARRO", intégrée au Conseil Nacional de Casa de Cultura. Plusieurs productions sont éditées et primées lors du Cubadisco 2015.

Eliades OCHOA entraîne Barbarito dans son cuarteto pour une tournée aux Etats Unis au début de 2016. Ils jouent à Miami en deux occasions et à San Leandro et à Glendale en Californie.


Glendale 2016. Barbarito avec Eliades Ochoa et le Cuarteto Patria.

Dès le retour TORRES retrouve le "BVSC" pour la tournée d'Adieux.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* "Havana Café", La Havane 1999 , Atlantic 83183-2.
* "Barbarito Torres ", La Havane 2003, Pimienta Records 245 360 580.
* "Vamos pal'monte ", La Havane 2015, inédit.

 
Yo soy el Punto Cubano. La Guajira.
>>>>

....Biographies....

<<<<
Torre, Doris de la.
 
 
Touzet, René;
>>>>