de los REYES, Walfredo III (La Havane 1933)

Né à La Havane, fils du trompettiste Walfredo de los REYES II , Walfredo Jr. -baptisé aussi Walfredo III ou encore Walfredo Sr. aux Etats Unis- reçoit son premier bongó des mains de Miguelito VALDÉS à l'âge de sept ans lorsqu'il habite New York avec ses parents. Mais c'est la batterie qui l'intéresse et il se régale avec le set drum que laisse parfois Miguelito chez Walfredo. Il côtoie également les grands percussionnistes cubains dont il subit l'influence, PERAZA, « El Blanco », « Yeyo », CAMERO ainsi que Tito Puente, grand ami de Walfredo II . Enfin en 1946 il se met à l'étude de la batterie avec le maître Kessler et à quinze ans, lisant parfaitement bien les partitions, il débute dans la formation de son oncle le trompettiste Emilio de los REYES. Le répertoire est composé des thèmes de la musique traditionnelle cubaine.

 

Photographie, M. Cohen. Congahead.com

Régulièrement, Walfredo passe les vacances à Cuba et s'imprègne de la musique cubaine telle que la jouent les formations insulaires. Lorsque son père rentre à La Havane en 1951 pour rejoindre le big band de Rafael ORTEGA, Walfredo retrouve l'île lui-aussi. Il devient disciple de Dani PÉREZ avec qui il continue de progresser.
Rapidement il s'intègre à l'orchestre de Felo BERGAZA qui joue à l'Álcazar. Il fréquente Oscar VALDÉS I, collègue de son père chez Ortega, donne des cours à son fils Oscar VALDÉS II , et continue de progresser. Il joue beaucoup et notamment avec les groupes qui se produisent sur les ondes parmi lesquels la formation de PÉREZ PRADO .


1950. Tropicana. Descarga. Photographie, Collection famille de los Reyes.

Dès son arrivée Walfredo participe aussi aux descargas du Tropicana et d'autres clubs, le soir après que chaque musicien ait terminé ses prestations avec sa propre formation. Les descargas ont aussi lieu chez les musiciens eux-mêmes ou chez quelques-uns de leurs amis. Ainsi Walfredo est souvent chez le saxophoniste Leonardo ACOSTA .

Intégré à l'un des orchestres de Julio GUTIÉRREZ, Walfredo de los REYES est également de manière permanente dans la formation de Canal TV 4. Il enregistre avec Julio les descargas de celui-ci. Elles étaient réellement des moments d'improvisation totale. Au cabaret Bambú, de los REYES joue également avec l'orchestre de "Cheo" VALLADARES   et le cabaret est aussi un lieu de descargas .

Sur Radio Progreso il enregistre aussi en 1956 avec "Chico" O'FARILL .

Walfredo dirige en 1957 le second orchestre du Cabaret Parisien de l'Hôtel Nacional avec Carlos ARADO, trompette ; Pedro GUIDA, saxophones et flûtes ; Emiliano Gil et Enrique PALAU , saxophones ; le pianiste Yoyo CASTELEIRO. Luis RODRÍGUEZ tient la contrebasse et Martha RAMOS et Kiko RODRÍGUEZ sont responsables des parties vocales. Walfredo figure également cette année-là sur le LP « Los mejores músicos de Cuba  ».


L'orchestre de Canal 4 dirigé par Julio Gutiérrez . A la batterie Walfredo de los Reyes. 1954.
Photographie, Collection W. de los Reyes.

Il enregistre l'année suivante avec cet ensemble. Walfredo lors de ses prestations et lors de l'enregistrement joue d'une main des timbales et de l'autre frappe la conga. Parmi les thèmes figurent «  Mambo inn  », « Cuban jam session », «  Coco seco  », "Los Timbales", "Mambo descarga"....

La même année, armé de son set drum et de diverses percussions, il s'entoure de musiciens de premier plan pour enregistrer «  Cuban Jazz  ». A ses côtés figurent ainsi Jesús CAUNEDO, saxophone ; « Cachao », Luis ESCALANTE, Paquito HECHAVARRÍA, piano ; Julio GUERRERO, des membres de « Los PAPINES ».

<<<< "Cuban Jazz. Es diferente".


Avec Leonardo Acosta, Pedro Chao, Cachaito et Franck Emilio au Club Las Vegas. La Havane 1955. Collection L. Acosta.

Réunion de jazzmen du Club Cubano de Jazz autour de Chico O'Farrill.
Derrière à gauche, Walfredo de los Reyes.
Collection P. Dalmace

Walfredo de los REYES fait partie du groupe de musiciens, jazzmen, qui un soir de 1958 après les descargas au Club 21, jettent les bases du Club Cubano de Jazz. Pour lancer le CCJ il joue au Maxim's avec un quinteto composé de Leonardo ACOSTA, saxophone alto; Pedro CHAO, saxophone tenor; Papito HERNÁNDEZ, contrebasse et Franck EMILIO, piano. Les activités du Club se poursuivent au St Michel puis au Havana 1900 avec la même formation réduite à un cuarteto sans le saxophone ténor. Dans ce dernier club restent les souvenirs des historiques mano a mano entre Walfredo et Daniel PÉREZ

Walfredo ne ménage pas sa peine pour rassembler en jouant avec ses amis les fonds nécessaires à faire venir des Etats Unis de grands jazzmen.

A la fin de l'année il intègre le groupe dirigé par le pianiste américain Teddy Corabi au Saint John's. Il y joue avec ACOSTA et "El Negro" VIVAR à la trompette.

Le 31 décembre les Barbudos entrent dans La Havane. Le premier concert de jazz de la période révolutionnaire est organisé par le Ministère de la Culture et Walfredo y participe avec le quinteto qui avait lancé les activités du CCJ au sein duquel Gustavo MÁS a remplacé Pedro CHAO.

Walfredo de los REYES joue avec Rolando LASERIE et dans la charanga de Alfredito VALDÉS. Il est considéré à Cuba comme l'un des plus brillants batteurs du moment .

  Avec f
1970. Walfredo à l'Hotel Thunderbird de Las Vegas. Aguabella aux congas.
Photographie: Collection W. de los Reyes.

Walfredo abandonne l'île en 1960 pour New York dans un premier temps. Il y enregistre avec Tito Puente et Tito Rodríguez puis à Puerto Rico en 1963 il retrouve Julio GUTIÉRREZ, installé avec un grand orchestre à l'Hôtel San Juan Intercontinental. Walfredo joue aussi à ce moment avec Candido CAMERO ou encore FAJARDO, Rudy CALZADO... Le séjour portoricain dure sept ans puis le batteur passe deux autres années à Las Vegas dans le show Latin Fire Revue. Par la suite il reste travailler dans la ville et devient bientôt «  Mister Las Vegas  ».

En 1977 il participe à Los Angeles, comme co-leader avec Louie Bellson, à l'enregistrement « Ecué ». Il est encore entouré de grands noms du jazz et de la musique cubaine,  Cat Anderson , Luis Conte , « Cachao », « El Negro » VIVAR, Francisco AGUABELLA , "Chocolate" ARMENTEROS

Walfredo forme ensuite le groupe «WALPATACA», un quartet de musique latine contemporaine qui comprend Paquito HECHEVERIA, Tany GIL et « Cachao ». Le groupe enregistre en 1981 et 1985. « Cachao » l'invite l'année suivante à enregistrer avec lui puis c'est au tour de «Patato» VALDÉS d'utiliser ses compétences en 1996 dans la seconde version de « Ritmo y Candela».
Au cours de la décenie suivante, sans interruption Walfredo continue de jouer à tavers les Etats Unis et le Canada.

© Patrick Dalmace

Discographie sélectionnée:
* " Ecué: Ritmos cubanos", Los Ángeles. 1977, OCJ 732.
* " Walpataca. Latin Jazz Descarga", E.U. 1981 et 1985, Tania.
* " Walfredo de los Reyes. Sin timbal no se puede bailar ", L.H. 1958 et 1959, Caney 525.
In " Peruchín. El Marqués del Marfil", Disque 2, plages 9 & 10, L.H. 1956, Tumbao 314.
In "Cachao. More Legendary Descargas", plages 9 à 13, L.H. 1957-1959, Caney 510.

 
Cuba et le Jazz. Le Jazz dans l'île.
>>>>

 
Generoso Jiménez.
>>>>
Emilio del Monte.
>>>>
Amadito Valdés.
>>>>

....Biographies....

<<<<
Reyes, de los, Walfredo II,
 
 
Riset,Panchito.
>>>>